HJB

Le coup de pied de l’âne du PSA

Les stratèges du PSA se trompent, ce n’est ni le président du Conseil d’administration, ni les administrateurs qui doivent démissionner, d’ailleurs le PLR n’exige aucune démission de qui que ce soit.

Cependant, le mutisme du Gouvernement jurassien est pour le moins éloquent et on peut le comprendre. En effet, il sera difficile pour certains d’assumer les grandes promesses faites avant le 18 juin 2017.

A notre connaissance, le Conseil d’administration de l’HJB SA, contrairement à des assertions gratuites et fantaisistes, souhaite que le site de Moutier reste un hôpital public.

En politique il est utile de rappeler que parfois les « souffleurs » sont plus dangereux que les acteurs et du côté de Moutier la cité en a plus d’un qui tire les ficelles…

Attentisme déstabilisateur

Les tergiversations des décideurs jurassiens ont un impact pour le moins déstabilisateur pour l’ensemble du personnel de l’HJB SA des deux sites.

Si le site de Moutier ferme ses urgences il en découle qu’il n’y aura plus de médecine interne et sans médecine interne pas de chirurgie et plus de formation de médecins assistants. C’est une réduction drastique des prestations. Il en découlerait de nombreux désavantages aussi bien pour la population de la région que pour l’ensemble du personnel avec le départ de médecins-chefs de haut niveau, de spécialistes, sans compter l’impact socio-économique pour Moutier et toute la région.

Cet attentisme est donc pour le moins destructeur et déstabilisateur. Le Gouvernement jurassien doit répondre à l’offre qui lui a été faite et ne plus tergiverser et payer le prix juste pour acquérir Moutier comme il l’avait promis avant la votation communaliste.

Le PLR réitère sa confiance totale au Conseil d’administration, à la direction générale, aux médecins-chefs, aux spécialistes et à l’ensemble du personnel des deux sites.

PLR Saint-Imier