Un gagnant a une solution pour chaque problème

Un perdant a un problème pour chaque solution

L’installation éventuelle de dispositifs de vidéosurveillance dans quelques lieux publics à St-Imier inquiète le Conseiller municipal Francis Daetwyler qui a publié une lettre de lecteur sous le titre : « Souriez, vous êtes filmés ».

Fidèle à sa dialectique, il ne peut s’empêcher une fois de plus, d’accuser la droite de la fermeture des petits postes de police qui est selon lui le résultat des politiques d’économie, donc de l’augmentation des incivilités ?

Quel manque de discernement que de déduire que l’augmentation des incivilités à St-Imier et dans la région est dû à la fermeture des petits postes de police. Les effectifs de la police cantonale ont plutôt augmenté, à Saint-Imier surtout qui est un poste de garde important.

D’autre part, le Conseil de ville de St-Imier a décidé lors de sa dernière séance la création d’un poste d’agent de la police administrative.

Un oubli ?

M. Daetwyler relève également que la ville de Thoune a renoncé à ses caméras, mais oublie de citer la ville de Delémont, qui n’est pas de droite. En effet, cette dernière a installé une douzaine de caméras dans différents endroits de la ville. Ces caméras ont déjà permis d’identifier plusieurs auteurs d’incivilités et la population dans sa grande majorité approuve la démarche.

Il y a déjà plusieurs caméras à St-Imier

Les caméras, il y en a déjà plusieurs à St-Imier, par exemple au ceff santé (installée par le canton), à la station inférieure du funiculaire, chez des particuliers. Ces dernières jouent avant tout un rôle dissuasif, mais ont également permis d’identifier les auteurs de déprédations.

Il est évident que d’autres mesures doivent être prises conjointement à l’installation de caméras, en particulier au niveau de la prévention, de l’information et de l’éducation. Le département de l’urbanisme et mobilité a organisé en 2016 et 2017 avec les écoles obligatoires et une classe du ceff une journée d’information ayant pour thème le littering, soit laisser traîner ou jeter des déchets dans les rues, les places, les parcs ou encore les propriétés privées. Le résultat de ces journées peut être qualifié de très positif.

Deux tout ménage ont été distribués « Jackson le sac jaune et ses amis » pour rappeler à chacune et chacun quelques règles essentielles, en particulier que chaque déchet à sa place et que les rues, lieux publics et écopoints ne sont pas dépotoirs où l’on jette n’importe quoi n’importe comment.

Qui a peur des caméras ?

Quant aux CFF, sachant que M. Francis Daetwyler est un adepte des transports publics, ils ont installé plus de 15’000 caméras dans les gares et les trains, y compris les lignes régionales. Ces caméras ont à maintes reprises prouvées leur utilité et surtout assure la sécurité des 1,25 million de passagers transportés chaque jour par les CFF.

Celui qui n’a rien à se reprocher ne doit pas avoir peur des caméras, car l’utilisation des images est soumise à des règles strictes et respectueuses des droits fondamentaux des personnes. Seule la police cantonale est compétente pour l’analyse des enregistrements d’images.

Dégâts importants constatés

Depuis le début de l’année 2017, l’école secondaire a subi à trois reprises des dégâts, soit des graffitis, vitres cassées, slogans injurieux. Les dernières incivilités sont estimées à plusieurs milliers de francs.

Dans la nuit de jeudi à vendredi passée, des dégâts importants ont été commis au jardin public de la rue du Vallon.

Le Conseil de ville par 15 voix contre 9 a décidé de poursuivre l’étude de l’installation de vidéosurveillance. Le groupe PLR unanime a soutenu la proposition, avec du cran et du cœur et afin qu’il fasse toujours bon vivre à Saint-Imier.